PORTRAITS D’ACTEURS: des jeunes à la tribune pour leurs mobilités…


(Article publié initialement ici)

Les grands salons de la Préfecture à Périgueux ont reçus mercredi 22 mars dernier une belle journée à l’initiative des services de l’état du département et de plusieurs acteurs de la jeunesse sur le thème de la mobilité. Une journée qui s’inscrivait dans la semaine de la mobilité, déclinée sur le département au travers de plusieurs temps fort. Bertrand Coly, rapporteur de la dernière production du CESE (Conseil Économique, Social et Environnemental) : « La place des jeunes dans le territoires ruraux », était l’invité du débat de l’après-midi, animé par des jeunes. La Fédération des Centres Sociaux de la Dordogne, les centres-sociaux du réseau départemental, ainsi que la Fabrique d’Initiatives Citoyennes ont étaient conviés à co-construire cette journée, participer, témoigner mais aussi capitaliser la parole…


« Un débat avec les élus, en plusieurs temps »


Vivre sa vie en Dordogne

Formations, emplois, logements, déplacements : quels moyens, quels sont les choix, les freins, les possibilités ?

Extraits de témoignages de participants :

Teddy Morand, habitant, 21 ans.

«  Moi j’ai pas eu d’aide, pour rien, ni pour le permis, ni pour le code. »

Anaïs Cavillon, animatrice PIJ, centre-social Forum@ à Marsac sur l’Isle

«  Des solutions existent sur les territoires avec les PIJ, BIJ, CIJ. Mais il faut réduire les effets ping-pong où l’on doit pousser trop de portes. »

Mission Locale, Sarlat-la-Canéda

« Nous passons notre temps à faire du bricolage pour répondre à des besoins individuels. C’est un combat ne serait-ce que pour arriver à mettre un jeune dans un bus qui souhaite se rendre en formation. »

Anne Gaëlle Baudouin-Clerc, Préfète de la Dordogne

«  Ce que j’aimerai, c’est que l’on arrive à créer un guichet unique sur les aides. Mais il faut, nous les institutions, se mettre autour de la table »

Synthèse par Bertrand Coly 

« On voit comment toutes ces questions impactent les trajectoires de vie. Il y a nécessité de trouver urgemment des solutions. Localement, mais aussi au niveau national. Individuellement, mais aussi sur le plan collectif. Il faut aller vers les jeunes, que les institutions aillent vers eux. Une bonne idée ? Inscrire le code et le permis dans le parcours scolaire ! »

 >> Retrouvez l’intégralité du premier temps d’échange

 

 

 

Expérimenter ailleurs 

Partir et revenir enrichi pour soi et pour son environnement, son territoire. Mais aussi avoir le choix de revenir.

Extraits de témoignages de participants :

Prescillia, service civique, DDCSPP de la Dordogne

« Quand on est dans l’impasse, il faut s’appuyer sur des acteurs qui bougent. Moi ce qui m’a permis de décoller c’est mon passage en MFR. Et toujours garder le cap. »

Moya, habitante, ancienne Erasmus.

« Mes deux premières expériences se sont faites via Erasmus, dans un cadre institutionnel. Et ça m’a donné envie de partir différemment ensuite. Je suis alors parti au Burkina Faso pour un projet qui avait du sens. On n’est pas obligé de s’inscrire dans un dispositif pour partir. Mais au début, ça peut aider pour avoir le déclic. Il ne faut pas se laisser mettre en boîte. La mobilité dans la tête c’est essentiel. »

« Avoir le choix de revenir… Ça m’interpelle. Ce n’est pas simple, car en fait cette expérience n’est jamais reconnue. »

Patrice Uroz, Ligue de l’enseignement

« Attention, la mobilité, si l’on veut qu’elle soit une réussite, qu’elle soit porteuse ça se prépare. A quel moment dans le parcours d’un jeune on lui donne des informations pour faire différemment ? A quel moment on permet aux jeunes d’arrêter la course à l’orientation. Les problématiques, elles, sont tardives et la société est déconnectée de ces réalités. »

Synthèse par Bertrand Coly

« La mobilité fait grandir, c’est indéniable. Elle change aussi la manière dont on habite ensuite son territoire de vie : plus comme un piège, un refuge, mais comme un espace des possibles. La mobilité montre que l’on peut s’y sentir bien et s’y investir. Attention quand même car les jeunes les plus mobiles sont souvent ceux qui ont le parcours le plus facile. Il faut prendre conscience que si l’on veut que tout le monde est un accès à la mobilité, il faut accompagner les populations. »

>> Retrouvez l’intégralité du deuxième temps d’échange

Construire sa citoyenneté

Participer à la construction de son environnement, de la société.

Extraits de témoignages de participants

 

Synthèse par Bertrand Coly

« La question ici, c’est la place que l’on donne aux jeunes. Il y a plein de jeunes impliqués, bénévoles. La moitié des juniors associations sont dans les territoires ruraux. Et paradoxalement, la plupart des élus de ces territoires ne s’intéressent pas à la jeunesse. Du moins pas dans les faits. Pourtant les comprendre et avancer collectivement est un enjeu démocratique.

C’est vrai que ce n’est pas simple. Le fossé est criant. Il faut trouver les moyens d’avancer et s’appuyer sur des choses qui fonctionnent :

  • Renouvellement des mandats et ouverture aux jeunes
  • La manière de construire un Conseil d’Administration
  • Les parlements libres des jeunes

>> Retrouvez l’intégralité du troisième temps d’échanges

Échange – débat avec Bertrand Coly en clôture

En fin de journée, Bertrand Coly a pris une heure pour continuer d’échanger avec les personnes intéressées.

>> Retrouvez l’intégralité du débat de clôture