La criée


Depuis le début,  le projet de  la Fédération de Paris a été pensé pour créer un « objet artistique participatif ».

En partenariat avec l’équipe de création et de production « le Vent se lève », qui assure la direction artistique et l’animation du projet, nous avons défini des objectifs principaux, chacun déclinés en plusieurs axes de travail :

  1. Faire émerger la parole citoyenne

En offrant la possibilité de s’exprimer à toutes les personnes qui le souhaitent ; en ciblant les besoins, les envies et les initiatives des participant-e-s et en engageant avec elles/eux des réflexions communes sur les sujets d’actualité.

  1. Accroître la participation des publics que l’on n’a pas l’habitude d’entendre

Il nous a paru très important de prioriser la parole et le point de vue de trois types de publics et acteurs :

  • des jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville ;
  • des personnes dites « éloignées ou fragiles » (en situation de handicap, en situation de précarité, en isolement, en situation d’insertion ou en rupture familiale) ;
  • des associations soucieuses de mobiliser la réflexion active sur le développement local et l’économie solidaire.

Afin de toucher les publics visés et de valoriser les acteurs existants sur le terrain, nous avons choisi de proposer le projet à des associations travaillant avec ces publics, qu’elles soient affiliées ou pas à la Fédération de Paris.

  1. Valoriser et faire connaître cette parole

Mettre en place des outils numériques de médiatisation et de communication en travaillant sur la réalisation d’un projet transmédia visant à diffuser et à faire entendre la parole de chacun-e.

Le projet Transmédia

Un projet transmédia est une action ou une œuvre artistique qui se caractérise par l’utilisation combinée de plusieurs médias pour développer un univers narratif.

Dans le cadre de « La Fabrique d’initiatives citoyennes » ,nous travaillons sur la réalisation du projet Transmédia « Les criées citoyennes » (titre provisoire de travail) qui se décline en 5 volets :

  • Les ateliers d’expression artistique et de parole partagée « Les criées » ;
  • La publication des textes « Les criées » ;
  • La diffusion des enregistrements «Les criées » à la radio ;
  • Un web documentaire interactif ;
  • L’exposition et l’installation sonore.

Phase 1 du projet (de février à juillet 2016) – Faire émerger la parole citoyenne

Les ateliers « Les criées » :

Inspirée de la tradition populaire des crieurs publics, une « criée » est une performance artistique sonore destinée à porter à haute voix les convictions personnelles des participant-e-s.

Nous avons mis en place des ateliers d’expression artistique et de parole partagée : « Les criées » au sein de plusieurs centres Paris Anim’, principalement dans les 19e et 20e arrondissements, et dans les structures et associations partenaires fédérées ou pas à la Ligue de l’enseignement.

Ces ateliers sont animés par l’association « le Vent se lève » et coordonnés par la Fédération.

Une volontaire en service civique nous appuie également dans le développement de ce projet.

Le déroulement des ateliers :

Dans un premier temps, nous invitons des participant-e-s à un exercice de création de textes à partir d’un élément sensible : un objet qui se trouve dans l’environnement, une couleur, une image, une photo (une sélection de photos est proposée régulièrement). L’équipe du Vent se lève, en utilisant plusieurs méthodes et techniques, aide chaque participant-e à formuler et à créer son texte, sa propre « criée ».

Ensuite, la criée de chacun-e est enregistrée par un ingénieur du son. Nous proposons de choisir des sons, bruitages, ambiances sonores, musique… pour mettre le texte en valeur et créer ainsi une œuvre personnelle de quelques minutes destinée à être diffusée.

 

criée 4


Ce qui a été réalisé à ce jour :

Février/ mars : création du projet par l’association « le Vent se lève » et la Fédération de la ligue de l’enseignement de Paris.

Mars-avril : identification et présentation du projet auprès des structures d’accueil des publics cibles.

Mai-juin : conduite de 8 ateliers de criée citoyenne, dans 7 structures et auprès de groupes très différents (des adolescents, des adultes du CAJ Ménilmontant, des personnes étrangères, etc.).

Deux autres ateliers sont programmés à la rentrée scolaire, en septembre. Ils concluront le cycle de 10 ateliers prévus avec le partenaire « le Vent se lève ».

Des dizaines de personnes ont d’ores et déjà participé à ces ateliers de parole partagée. Des enregistrements sonores de leurs paroles ont été effectués et sont en cours de mixage par « le Vent se lève ». Pour chaque atelier, des reportages photos ont été réalisés.

Ces enregistrements sonores et les photos des ateliers constitueront la colonne vertébrale des outils de médiatisation et de valorisation numérique, qui commenceront à partir de juillet.

La bande sonore des criées est le fil conducteur du projet. Chaque participant-e a été accompagné-e dans sa criée par un professionnel pour permettre un travail d’écriture commun, dont le texte a été enregistré pendant les ateliers dans des conditions dites « professionnelles ».

Les textes des criées sont mis en valeur par des sons, des bruitages et des ambiances sonores choisis par les participant-e-s, montés et mixés ensuite par des professionnel-le-s.

Les résultats à ce jour :

Nous avons réussi à constituer des groupes de parole très différents et provoquer des débats riches sur des sujets d’actualité sensibles (tels que : les attentats, les injustices sociales, les réfugiés, les discriminations, les manifestations), en se refusant à imposer des thèmes et en laissant l’initiative des sujets aux participant-e-s. Ces ateliers ont généré un partage et des échanges de points de vue et d’expériences et ont provoqué une réflexion commune sur le besoin et l’utilité de pouvoir s’exprimer librement dans des conditions d’écoute active et de participation.

En travaillant avec de nouvelles structures partenaires, nous avons aussi pu toucher les publics éloignés que nous souhaitions prioriser : adolescents déscolarisés, personnes en situation de handicap, personnes de nationalité étrangère…

Nous avons fait connaissance avec de nouvelles associations et structures, telles que le CAJ Ménilmontant, les associations « L’Accorderie », « la Courte échelle » « La Petite Rockette ». Nous réfléchissons à l’élaboration de nouveaux projets en partenariat avec ces structures à plus long terme.

Nous souhaitons également développer de nouveaux projets ensemble à partir des besoins, des envies et des réflexions des participant-e-s.

Nous pouvons dire qu’à cette étape du travail, nous avons atteint nos objectifs.

criée 3

 

Les ateliers de mai-juillet 2016

  • Les adolescent-e-s et les jeunes adultes (Centre Paris Anim’ Wangari).
  • Les personnes en situation de handicap (CAJ Ménilmontant).
  • Le groupe de FLE (Français langue étrangère), (Centre Paris Anim’ Solidarité Angèle Mercier).
  • Association « La Petite Rockette ».
  • Association « lAccorderie ».
  • Le groupe des jeunes des « nocturnes » (Centre Paris Anim’ Solidarité Angèle Mercier, association « La Courte échelle »).
  • Le groupe des jeunes volontaires en service civique « Les Ambassadeurs de la fraternité » (Centre Paris Anim’ « Place des fêtes »).
  • Un atelier a été organisé par « le Vent se lève » dans leurs locaux avec des jeunes adultes en aménagement de peine.
  • Un atelier a été organisé sur la place de la République avec les participant-e-s de « Nuit Debout ».

 

criée 5

 

Phase 2 (juillet à décembre 2016) – Valoriser la parole citoyenne

  • La diffusion des enregistrements « Les criées » à la radio > À partir de novembre-décembre 2016.

Chaque criée est une œuvre sonore personnelle et unique. Il nous parait très important de promouvoir cette création afin qu’elle soit entendue par le plus grand nombre. C’est pourquoi, nous voulons établir un partenariat avec des radios comme FPP (Fréquence Paris Plurielle), Radio Campus Paris ou ARTE-Radio pour une diffusion régulière des criées sur la chaine durant un mois entre novembre et décembre 2016, pendant la période de travail de post-production sur le web documentaire.

  • La publication des textes «Les criées » > À partir de décembre 2016.

Chaque texte de la criée est le fruit du travail d’écriture qui a pour objectif de mettre en valeur la parole authentique des participant-e-s. Il nous semble très important de valoriser ce travail par la publication d’un recueil ou d’une brochure de ces textes afin de créer un objet réel, un support que nous distribuerons entre autres aux participant-e-s des ateliers « Les criées ».

  • Le Web documentaire interactif > Sortie prévue en décembre 2016.

Le web documentaire est un récit interactif multimédia dont la diffusion se fait sur le Web et qui donne à l’internaute la possibilité de naviguer d’un détail à l’autre comme il le souhaite.

Nous utiliserons le logiciel de narration interactive Klynt pour créer une histoire avec comme ligne directrice la bande sonore de toutes les criées.

L’internaute aura la possibilité de suivre la bande sonore  des « criées » de façon linéaire ou en passant d’une criée à l’autre de façon aléatoire.

Nous ferons le choix de dissocier les portraits des participant-e-s de leur texte : cela créera une meilleure qualité d’écoute et donnera la possibilité à l’internaute de suivre la parole sans être influencé-e par l’image qui souvent altère l’appréciation, même de façon inconsciente.

Chaque criée isolée aura dès lors comme support visuel une galerie de photos illustrant l’ambiance et l’atmosphère des centres Paris Anim’, des associations et des quartiers où ils se trouvent.

  • L’exposition et l’installation sonore

À partir de septembre 2016, nous souhaitons proposeraux usager-ère-s des ateliers de dessin et de peinture des centres Paris Anim’, d’illustrer les textes des criées. Nous avons pensé aux usager-ère-s en situation de handicap, qui fréquentent le centre Paris Anim’ « Mathis » et aux usager-ère-s du centre « Clavel », le centre spécialisé en arts plastiques.

Ainsi, leurs œuvres seront exposées ensemble avec les photographies faisant écho au web-documentaire. De plus, la bande sonore des « criées » sera diffusée sur plusieurs enceintes et accompagnera les visiteur-teuse-s de l’exposition.

L’exposition et l’installation sonore sont le dernier volet du projet Transmédia que nous voulons présenter au même moment que la sortie du web documentaire.

 

Criée 1

 

 


Principaux enseignements des ateliers de criées citoyennes – Perspectives pour 2017

Le dispositif, dans sa conception, comme dans sa mise en œuvre, est original. Cette démarche a donc nécessité de repérer et de convaincre les structures partenaires, puis d’adapter et d’évaluer le dispositif après chaque session de criée.

De plus, il était compliqué pour ces structures d’aménager un créneau pour accueillir un atelier de plus de trois heures dans leur programmation déjà chargée au milieu de l’année.

Par ailleurs, il est apparu également qu’il n’était pas évident de rassembler des groupes en proposant aux personnes de venir et de s’exprimer sur le thème libre de leur choix.  Il y a plusieurs raisons à cela : l’autocensure, la timidité, la confrontation quotidienne à la discrimination qui fait naitre la méfiance.

Ainsi, en essayant de travailler avec des personnes qui n’ont pas l’habitude de s’exprimer publiquement, nous étions souvent confrontés à la nécessité de changer de méthodes et de techniques, y compris pendant le déroulement de l’atelier. Les difficultés pratiques rencontrées lors de ces ateliers ne nous ont néanmoins pas empêché de les mener jusqu’au bout.

Nous avons surtout pu constater un véritable intérêt des participant-e-s comme des structures à cette forme d’animation visant à générer et à valoriser la prise de parole. Nous avons également été touchés par la réelle nécessité des gens de s’exprimer et le désir de faire entendre leur point de vue.

Les émotions, comme les paroles qui ont émergé de ces ateliers, témoignent du bien-fondé de cette démarche que nous souhaitons approfondir l’année prochaine au sein de quelques structures et centres Paris Anim’.

En effet, à la fin de cette première phase, il apparaît qu’un atelier de criée est souvent insuffisant et que les participant-e-s expriment  le souhait de renouveler l’expérience, afin d’approfondir les échanges, d’aller plus loin dans l’expression sur le sujet.

Nous souhaitons donc continuer à proposer ce dispositif à de nouveaux publics, tout en approfondissant la démarche engagée avec certaines structures et publics spécifiques.

La prise de conscience quant à la nécessité de pouvoir s’exprimer librement  a non seulement provoqué chez nous et chez les participant-e-s le désir de poursuivre cette expérience,  mais a également suscité une réflexion active sur les éventuelles évolutions et la prise en main de ce dispositif par les participant-e-s eux/elles-même.

Nous pensons, par exemple, qu’à partir des ateliers de parole partagée « les criées » et grâce aux outils multimédia de diffusion que nous sommes en train de mettre en place, nous pouvons poursuivre la conduite de ce projet via la création des nouveaux médias jeunes (édition d’un journal ou création d’une web-radio).